POISSON

Dans la classification classique, les poissons sont des animaux vertébrés aquatiques à sang froid, pourvus de nageoires et dont le corps est le plus souvent couvert d'écailles. On les trouve abondamment aussi bien en eau douce que dans les mers : on trouve des espèces depuis les sources de montagnes (omble de fontaine, goujon) jusqu'au plus profond des océans (grandgousier, Anoplogaster cornuta). Leur répartition est toutefois très inégale : 50 % des poissons vivraient dans 17 % de la surface des océans[1] (qui sont souvent aussi les plus surexploités). Le milieu marin étant moins accessible aux humains, de nombreuses espèces restent encore probablement à découvrir.

pterois_volitans shark leafy_dragon

Ils sont d'une importance capitale aux humains ;
en tant que nourriture, partout dans le monde ; qu'ils soient pêchés dans la nature ou élevés en pisciculture.
Ils sont aussi exploités à des fins récréatives, avec la pêche et l'aquariophilie, et sont parfois exposés dans de grands aquariums publics.
Ils jouent et ont joué un rôle significatif dans de nombreuses cultures, en tant que déités et symboles religieux, ou sujets de contes, légendes, livres et films.
en tant que jouant un rôle écosystémique important
en tant que contribuant au cycles biogéochimiques, dont le cycle du carbone et en particulier en contribuant au puits de carbone océanique (voir plus bas).
Dans la classification phylogénétique, le groupe des poissons est considéré comme paraphylétique et n'existe donc plus dans la biologie moderne. Dans cette classification, les poissons sont dispersés dans les taxons des Chondrichtyens, des Actinoptérygiens, des Dipneustes, des Actinistiens, des Myxinoïdes et des Pétromyzontides.

yin_yang_fish

La plupart des poissons pratiquent usuellement la respiration aquatique à travers leurs branchies. Néanmoins, certains poissons sont capables de pratiquer la respiration aérienne en annexe lorsque le milieu aquatique manque d'oxygène, tandis que d'autres poissons possèdent de véritables poumons et doivent respirer de l'air périodiquement pour ne pas suffoquer.

fish_anatomy

Surpêche
Pour les poissons comestibles comme la morue et le thon, la menace principale est la surpêche. Lorsque la surpêche persiste, elle finit par causer une diminution de la population de poissons (le « stock ») car les individus ne peuvent pas se reproduire assez vite pour compenser la perte due à la pêche. Un exemple de surpêche catastrophique très étudié est celui de la sardine du Pacifique (Sadinops sagax caerulues), qui était pêchée près des côtes de Californie. Le maximum avait été atteint en 1937 avec 790 000 tonnes, puis la quantité pêchée a décru pour atteindre à peine 24 000 t en 1968, date à laquelle cette industrie s'arrêta faute d'être rentable. Une telle « extinction commerciale » ne veut pas dire que l'espèce elle-même est éteinte, mais seulement qu'elle n'est plus économiquement viable.

La principale source de tension entre l'industrie de la pêche et la science halieutique est la recherche d'un équilibre entre la conservation des espèces pêchées, et la préservation du revenu des pêcheurs. Dans des zones comme l'Écosse, Terre-Neuve ou l'Alaska, où l'industrie des pêches est le principal employeur, le gouvernement est particulièrement impliqué dans cet équilibre, en maintenant à la fois un stock suffisant et des ressources suffisantes pour les pêcheurs. D'un autre côté, les scientifiques promeuvent une protection toujours accrue pour les stocks, en prévenant que de nombreux stocks pourraient disparaitre dans les cinquante prochaines années.

Destruction des habitats
Une des menaces sur les écosystèmes tant marins que d'eau douce et la dégradation de l'habitat ; celle-ci est causée par la pollution de l'eau, la construction de barrages, la diminution du niveau d'eau par la consommation humaine, et l'introduction d'espèces invasives exotiques. Un exemple de poisson en danger à cause d'un habitat modifié est l'esturgeon Scaphirhynchus albus, vivant dans les cours d'eau en Amérique du Nord, ceux-ci ayant été modifiés de différentes manières.

Contribution des poissons aux puits de carbone
À partir du CO2 dissous dans l'eau, les poissons marins produisent constamment dans leur intestin des carbonates peu solubles.
Par exemple, le flet européen synthétise et rejette chaque heure et en moyenne 18 micromoles de carbone par kg de poisson (sous forme de calcite). Les poissons contribueraient ainsi de 3 %] à 15 %] du puits de carbone océanique (voire 45 % si l'on prenait les hypothèses les plus "optimistes"). De plus, un climat chaud associé à la surpêche tendent à réduire le nombre de grands poissons ; or, une petite taille du poisson et un eau plus chaude favoriseraiennt cette formation de carbonates de calcium ou de magnésium (qui sont éliminés avec la nécromasse, les fèces ou des boulettes de mucus).
Hélas, ces carbonates plus riche en magnésium sont aussi plus solubles à grande profondeur. Ils peuvent alors relarguer une partie de leur carbone, mais en tamponnant le milieu, au point que cela pourrait expliquer jusqu'à un quart de l'augmentation de l'alcalinité titrable des eaux marines dans les 1000 mètres sous la surface (cette anomalie de dureté de l'eau était jusqu'ici controversée car non expliquée par les océanographes)).
Hélas encore, c'est aussi dans les zones les plus favorables à ce piégeage du carbone (plateaux continentaux où se concentre environ 80 % de la biomasse en poisson) que la surpêche est la plus intense et que les zones mortes ont fait disparaitre le plus de poissons.

INDEX GÉNÉRAL

#1-ANIMAUX ...... #1-SOCIETÉ

#2-ÉNERGIES ..... .#2-SPORT

#3-PLANTES ........#3-ÉDUCATION

#4-MINERAUX ......#4-SCIENCE

........................................ #5-CHOSES

....................................... .#6-BOUFFE

....................................... .#7-FINANCE

ANIMAUX de plus...

HAPPY_ANIMALS

JEUX et PLAISIR...

peteca compétition et Peteca Rio plage par Pro Kicker (prokicker.ca)

Dexjam et Handburger les meilleurs sacs de main

prokicker.ca le pro du aki et footbag

Créé par...

Network007

Hébergé par:

hostgator link

FAITS
Traduction--Traducción--Translation
Français: Poisson
Un poisson peut mesurer de 8 mm à 16 m

Español : Pescado
Uno Pescado puedes mesurar de 8mm a 16 m

English: Fish
Fish range in size from 8 mm to 16 m

NETWORK007
MONTREAL, CANADA
Phone: 514-845-2194
info@network007.com

google ad planner

Recherche personnalisée